Iles Lofoten 6

Moskenesoya

En ces derniers jours d’août sur les îles Lofoten, la pluie et la brume se sont invitées très souvent laissant de rares moments d’éclaircies. J’en ai profité au maximum m’offrant encore de bien belles ascensions et points de vue sur l’île de Moskenesoya, l’île la plus au sud de l’archipel. Les paysages sont spectaculaires en raison du relief très découpé et des montagnes abruptes de granit qui se jettent droit dans la mer. Dans cet environnement peu propice à l’agriculture, les hommes se sont installés sur la fine bande côtière au pied des sommets, dans des maisons en partie sur pilotis. L’île est essentiellement peuplée d’anciennes familles de pêcheurs. Les parcours de randonnée sont sportifs sur un terrain accidenté, technique, devenu glissant avec la pluie.

Je suis restée au camping de Moskenes pour me simplifier la logistique et j’ai rayonné autour. Depuis le week-end dernier, 3 ème week end d’août, l’affluence est bien moindre.

Les nuages de brume peuvent être un véritable enchantement …

Sommet de Munkan

Moyen – 8h – 16 km – dénivelé 1100 m – point culminant 769 m

Pour atteindre ce sommet, j’ai longé ou surplombé une dizaine de lacs ! Les plus grands sont le Moskenesvatnet et le Stuvdalsvatnet. Le vent était fort sur l’arête finale et le sommet n’était pas dégagé : une succession de chaînes pour dépasser des parois rocheuses lisses à l’approche finale m’a vraiment impressionnée. Il faut alors ranger les bâtons et se hisser à l’aide des mains ou des genoux.

Tridalsvatnet
Vindstad – Djupfjord

Certains randonneurs font la traversée jusqu’à Vindstad où un bateau peut les ramener à Reine. Les endroits pour camper en altitude pour peu qu’on ait la force de porter un sac à dos plus lourd ne manquent pas.

Sommet de Veinestinden

Difficile – 5h – 10 km – dénivelé 952 m – point culminant 730 m

J’ai eu la chance de parcourir cet itinéraire par beau temps et fort heureusement car la visibilité du sentier est quasi inexistante jusqu’au sommet. Pas d’autre choix que sur les autres chemins : il faut attaquer la pente ! Mes fidèles bâtons ont soulagé mes quadriceps et mes genoux 🙂 La vue sur le fjord de Reine est spectaculaire. Un très long chemin de sommet en sommet en crête donne le sentiment de planer littéralement … J’ai tellement plané que j’en ai oublié de prendre des photos 🙁 Il faut dire que dans ces passages il vaut mieux rester concentrée 🙂

Mon guide de randonnée proposait de prendre le sentier pour le retour mais j’ai préféré poursuivre sur l’arête et rejoindre un autre itinéraire qui descendait directement sur Reine quitte à retrouver la voiture en longeant la route côtière.

Brunakseltinden

Moyen – 3h – 8 km – dénivelé 600 m – point culminant 513 m

J’ai pris un petit bateau à Reine pour Vinstad à 10h pour rejoindre cet hameau isolé entièrement piéton que je voyais de haut hier. La brume était en rendez-vous …

La plage de Bunes est accessible facilement depuis le débarcadère : c’est une très belle plage que malheureusement le temps gris et la mer basse ne me permettent pas de profiter, un joli spot de camping sauvage. Les maisons toutes petites et d’apparence plutôt sommaire, perdues au fond de ce fjord m’ont émue …

Rorbuer

Et pour finir quelques clins d’oeil sous le soleil pour le plaisir des yeux …

On ne s’en lasse pas … La plupart de ces maisons se louent pour des vacances confortables au charme fou 🙂 On les appelle des rorbuer.

En chemin

Durant ce séjour, j’ai rencontré et sympathisé avec un couple de jeunes russes que j’ai pris en stop, un couple de new-yorkais débutant en randonnée à qui j’ai recommandé le sentier côtier de Nusland et Nusfjord, un néo-zélandais d’Aukland de mon âge en sac à dos que j’ai croisé à plusieurs reprises ces derniers jours entre Moskenes et Vinstad, un médecin de Shangaï qui passe ses vacances à randonner en Europe, un compositeur néerlandais, de nombreux jeunes français, espagnols, allemands, des jeunes femmes qui m’ont félicitée de parcourir seule et sereinement ces chemins escarpés et hier soir, l’éditeur fondateur du Avisa Lofoten, le mensuel local également chef cuisinier du pub du camping ! Il s’appelle Kurt E. K. Holm. Une belle personne très inspirante avec laquelle j’ai passé une excellente soirée.

Please follow and like us:
error